Comparaison du soutien des collectivités locales auprès des clubs pro, en période post-COVID, avec le soutien du CDES

Odeyssa DENIS, , Publié le 2 septembre 2023

Comparaison du soutien des collectivités locales auprès des clubs pro, en période post-COVID, avec le soutien du CDES.

Après une première étude publiée en 2021 sur le financement public du sport professionnel réalisée avec le Centre de Droit et d’Économie du Sport (CDES), qui s’inscrivait dans les travaux biannuels de la commission ANDES traitant des enjeux du sport professionnel, la collaboration a été renouvelée en 2023 avec le CDES autour de deux enjeux :

  1. La question de la mobilité décarbonée des spectateurs et supporters lors des jours de match des clubs professionnels : cette contribution au débat, issue de la mesure n°16 du plan de sobriété sport du gouvernement, a été remise à la ministre Amélie OUDEA-CASTERA en mai ;
  2. Une comparaison de l’accompagnement financier, direct ou indirect, du bloc local à l’attention des clubs sportifs professionnels de leur territoire, entre les données de l’étude de 2021 (sur la saison 2019-20) et l’étude de 2023 (sur la saison 2022-23), soit en période pré-covid et en période post-covid.

Si le premier sujet avait déjà fait l’objet d’une actualité, vous trouverez ici la synthèse comparative des chiffres clés du sport professionnel en fonction des subventions, des achats de prestations de services et de la redevance domaniale.

Le constat est net, les collectivités locales ont été d’un fort soutien auprès de leurs clubs en augmentant les subventions de l’ordre de 10%, en particulier au profit des clubs au statut professionnel avec des charges plus conséquentes, des montants d’achats de prestations de services honorés bien que parfois à la baisse au regard des conditions de matchs dégradées (jauge limitée, huis clos, …). En effet, l’achat de places, notamment sociales, est la prestation principale achetée par la collectivité. Enfin, les redevances domaniales constituent le troisième levier financier mobilisé par les collectivités, propriétaires et souvent gestionnaires des infrastructures, qui ont accordé une diminution du montant réclamé.

Par ces trois aspects (subventions, achats de prestations, redevances), les collectivités locales ont rappelé, s’il était nécessaire, qu’elles sont des partenaires significatifs des clubs professionnels. Pour autant, confrontées à des contraintes budgétaires fortes depuis plusieurs années et plus récemment avec la hausse des coûts de l’énergie, cet accompagnement des collectivités ne pourra pas être omniprésent.

Dans ce contexte, au regard des enjeux de développement portés par les ligues professionnelles, émanations des clubs eux-mêmes, et alors que les aides du gouvernement sont arrivées à termes, des exemples de clubs en cessation de paiement ou relégués administrativement avec un risque fort sur l’écosystème du club, se font jour sur le plan national. Les clubs féminins et ceux ne disposant pas de droits TV importants sont les premières cibles. Dès lors, les modèles économiques des clubs professionnels sont à observer avec attention afin d’éviter l’explosion d’une réelle bulle spéculative.

Consulter la synthèse ici.

Pour plus de renseignements sur l’étude complète : lewis.calmettes@andes.fr


ANDES

Laisser un commentaire

Agenda

17avr

Commission interne JOP Paris 2024 ANDES

23avr

Matinale ANDES « le guide sport à l’école »

23avr

Cycle de formation ANDES/OLBIA Session 1 « Acteurs et gouvernance du sport »

26ème congrès national ANDES